Construite sur une butte, l’église Saint Martin domine le village de sa silhouette robuste qui se détache sur un paysage de collines et de bosquets, en bordure de la forêt de Rambouillet.
Attestée dés le XII° siècle, l’église a été en grande partie reconstruite au XVI° siècle. Certains éléments du soubassement du clocher-porche pourraient témoigner de la première construction du XII°.
L’église de St Martin de Grosrouvre est riche d’un patrimoine artistique unique. Ses murs sont en effet recouverts de peintures murales évoquant les grandes cérémonies religieuses de la vie d’un chrétien : baptême, communion, mariage, extrême onction, mais aussi plus humblement, les activités quotidiennes des habitants de Grosrouvre au début du XX° siècle : chasseurs, charbonniers, laboureurs. Cette œuvre monumentale est due au peintre Pierre Léon Dusouchet, mais c’est bien la volonté du curé de la Paroisse, l’Abbé Pascal, qui fit aboutir ce vaste projet.

pastel-pierre-prins

dousouchet-peinture-murale
g.deveche-vitrail
Un chemin de croix en métal soudé a été créé pour cette église par le sculpteur Elisabeth OULÈS et inauguré en 2000. On peut voir également le grand calvaire de Camille DEBERT, maquette de celui décorant l’église St Maurice de Bécon à Courbevoie et à l’extérieur, un monument aux Morts de Auguste CORNU figurant une paysanne en sabots pleurant ses chers disparus.
chemin-croix
Avec ces peintures murales, nous nous situons dans ce courant artistique du début du XX° siècle que fut le renouveau de l’Art Sacré, animé par Maurice Denis ou Paul Sérusier. Chaque peinture est traitée comme une tapisserie dont le sujet reprend un thème précis exécuté dans le style néo-nabis et entouré d’une bordure illustrée de végétaux et de fleurs Art Déco. Ces peintures sont éclairées par plusieurs vitraux posés dans les années 60 qui sont l’œuvre de Georges Devèche.
Des menuiseries du XVII° siècle, il ne reste que la chaire à prêcher et un élément des anciennes stalles.
Les boiseries du chœur, en chêne et pin, ont été refaites au XIX° siècle sur le même modèle que celles installées au XVII°.
plans-eglise
Haut de page / Retour aux entrées