En 1944, les bombardements détruisirent les très beaux vitraux du XVIème siècle, semblables à ceux de l’église St Pierre de Montfort l’Amaury.
Des vitres ordinaires les remplacèrent jusqu’au début des années 50 ou neuf nouveaux vitraux, œuvre de George Devèche, ont été posés et bénis.

George Devèche 1903-1974 est connu pour son œuvre de peintre-cartonnier de tapisseries et de vitraux. Il intervient sur les vitraux de Grosrouvre à la demande de l’abbé Bagnol, curé de la paroisse. Il signe de nombreuses verrières, dont celles de la commune voisine de Méré.

George Devèche vécut et mourut à Grosrouvre où il est enterré.

 

 

 

 

 

 

 

Coté nord :

Dès le départ, la seule vraie question fut de savoir si l’on ferait seulement de la couleur ou si l’on mettrait un peu de figuratif dans un ensemble voulu de toute façon “moderne”.

Le choix s’est finalement porté sur des dominantes bleues du côté nord qui est aussi celui de l’autel de la Vierge.

Trois vitraux devant évoquer la vie du saint patron de la paroisse, le premier ci-contre :

        “Le nouvel évêque de Tours continue sa vie monastique à Marmoutier“.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chœur :

Les deux fenêtres avaient été bouchées pour réaliser les peintures murales ; les deux vitraux amputent les deux fresques.

 

Le choix des deux vitraux à placer au fond du chœur s’avère délicat. L’Abbé apprécie les propositions de l’artiste mais “trouve que l’encensoir est trop systématique”, il aurait souhaité que le mouvement “parte d’un feu moins stylisé”, autrement dit que l’encensoir soit “moins figuratif, plus expressionniste en quelque sorte”. Le peintre cartonnier oppose alors que le motif est linéaire et qu’il est bien difficile de montrer quelque chose qui ne le soit pas également, c’est finalement lui qui l’emporte.

 

 

 

 

 

 

Coté sud :

… trois vitraux devant évoquer la vie du saint patron de la paroisse, le vitrail surmontant le banc d’œuvre est encadré,

à gauche :

Saint Martin convertit le chef des brigands qui viennent de l’attaquer,

à droite :

Saint Martin fend son manteau en deux pour recouvrir un malheureux.

La période de la guerre étant encore dans tous les esprits, la fenêtre du banc d’œuvre accueillera le mot Pax.

 

 

Les Amis de Grosrouvre ont organisé en 2007 une exposition “George Devèche et l’art du vitrail”.

Cliquer ici pour voir la page dédiée.

Haut de page / Retour aux entrées